Actualités/Agenda

"GOZO-GOSE" fête un an !

Gexine THICOIPE, fondatrice de GOZO-GOSE

Gexine THICOIPE, fille de producteurs fermiers IDOKI à Amendeuix, a créé "GOZO-GOSE" ("envie de saveurs" en basque), une entreprise de "traiteur" voilà une année.

Sa particularité est de n'utiliser que des produits fermiers IDOKI et des produits bios dans ses préparations, pour garantir l'origine et la qualité des produits. Cette ligne de conduite lui tient à coeur, car elle ne veut pas mentir aux clients.

Sa philosophie, faire des choses simples pour ne pas masquer les goûts et mettre la qualité du produit en valeur. En une année, elle a développé une belle carte et montre qu'elle sait s'adapter à la demande des clients.

 

Entretien avec Gexine THICOIPE, fondatrice de GOZO-GOSE.

Comment as tu démarré ton entreprise de traiteur "Gozo-Gose" ? 

L'entreprise a officiellement vu le jour en janvier 2016. Après avoir suivi quelques formations nécessaires à la création d'entreprise, l'activité a démarré voilà une année, en mars 2016.

Côté expériences, j'ai travaillé cinq années dans la restauration après mes études. L'idée d'ouvrir mon restaurant au Pays Basque me titille depuis quelques années. Pour démarrer, il m'a semblé plus facile de démarrer avec un activité de traiteur. A vrai dire, je travaille bien depuis l'été dernier, avec des formules apéro/pintxos et des repas de famille. En septembre, le bouche à oreille m'a amené une clientèle grandissante.

Je ne travaille qu'avec des produits fermiers IDOKI et / ou des produits bios, car ces démarches garantissent le niveau de qualité attendu. J'ai vu comment certains restaurateurs travaillent, quels produits ils cuisinent. Cela ne me donne pas envie. Pour ma part, je tiens à ma ligne de conduite, je ne veux pas mentir au client. Je ne pensais pas que ce choix aurait autant d'importance pour les gens mais ils demandent d'où viennent les produits, chez qui ils ont été produits.

Tu travailles en direct avec les paysans, comment fais tu ? 

Je vais chercher les produits moi-même à la ferme. Je travaille toujours avec les mêmes paysans. J'ai commencé avec les paysans qui sont autour de chez moi, adhérents de la charte fermière IDOKI. Je travaille aussi avec des paysans en agriculture biologique, comme pour les légumes. Je privilégie les produits de saison.

Je me fournis auprès de la ferme familiale à Amendeuix, en fromages, en porc et en agneau. Il y a suffisamment de diversité au sein de la charte fermière IDOKI pour concocter des menus complets : poulet, canard, boeuf, produits laitiers, crèmes, confitures, fruits,...

Je suis très attachée à l'agriculture durable, c'est notre avenir à tous. Depuis toute petite, j'ai vu mes parents travailler en respect avec les animaux et la terre, en travaillant des petites quantités.

Quelles formules proposes tu ? 

Je cuisine des choses simples pour ne pas masquer les goûts et laisser la qualité des produits s'exprimer simplement. J'ai étoffé ma carte au fur et à mesure, en gardant les plats que les gens apprécient et en apportant régulièrement des nouveautés.
Je propose des pintxos/tapas, chauds et froids, des plats à emporter entre 10 € et 16 €, avec un poisson, généralement du merlu.

J'ai également des formules du jour et des encas pour manger rapidement (soupes, salades, tartes).
Je peux élaborer un menu complet pour les repas de famille, de l'entrée au dessert. Les desserts sont réalisés par le pâtissier Mendivé de Saint Palais.

Pour le service, je m'adapte à la volonté de chacun. Les clients peuvent venir chercher les préparations ou je vais livrer à domicile, les plats prêts à chauffer. Parfois je cuisine chez les gens et j'assure également le service. C'est à la carte !

D'où vient le nom Gozo-Gose ?

Je n'avais pas forcément envie de mettre mon nom en avant. J'ai trouvé un jeu de mot, avec le mot "Gose" (faim ou envie, en basque) et le mot "Gozo" (goût en basque) : Gozo-Gose ! (rires).

Que peut on te souhaiter pour les années à venir ?

Tout d'abord, je suis satisfaite de cette première année. Maintenant j'aimerai améliorer mes conditions de travail. Si l'activité continue à se développe, j'envisage de changer de local pour avoir plus de place et pour plus de praticité. Je souhaite embaucher quelqu'un qui connaît ma manière de travailler.

Je vais continuer à me faire plaisir, en essayant de nouvelles recettes. C'est un vrai plaisir de cuisiner à partir de bons produits.

Et qui sait, peut être que j'ouvrirai un jour mon restaurant au Pays Basque.

 

 

09.03.2017